Voici quelques exemples de nos créations :

Votre avis nous intéresse




Un Monde Nouveau


Petit homme au grand cœur, magnifique par l’esprit,
Une vie de douceur, apparue à Leugnies.
Un papa professeur admiré et béni,
Sa «Maman» de valeur, qu'il aima jour et nuit

Gabriel bienfaiteur, il a fait de sa vie,
Consacrée au Seigneur, un travail de fourmi.
Occupé au bonheur des enfants démunis,
Il partage, doux rêveur, son Amour infini.


Des voyages, des récits, par dizaines il a fait.
A Grand-Reng, des amis, par centaines il comptait.
De Jemappes à Beloeil, tout le monde savourait
Son humour, son accueil, sa sensibilité.

De Suède et Toronto, souvent il parlait.
De son oeuvre, le Patro, qui faisait sa fierté...
Ses espoirs et idéaux, dans son livre, révélés...
De ce «Monde Nouveau», un rêve qu'il chérissait...


Ta filleule, ta cousine, présentes à ton chevet,
Petits cousins et amis aussi à tes côtés.
Tu te sentais alors mieux, même s'il te manquait,
Les bien-aimés, Eva, Léonie et Noé.

C'est avec Sainte Marie que tu t'es envolé.
De là-haut, tu as promis de téléphoner...
Ton Ami, accompagné par ta « petite fée »,
Voulait te dire : « Comment donc... Parrain... je t'aimais... »

L'Homme Extraordinaire


Un Papa passionné, très joyeux par moment…
Toujours bien appliqué, bon vivant et gourmand.
Une vie qu’il aimait, timide « prince charmant »
Grand blagueur il était, optimiste à plein temps…

En mars 51, apparu ce « géant »,
Protégeant les plus faibles, par tout son dévouement.
Ambitieux et malin, il vivait simplement,
Tout en lui était humble… persévérant.


Un Marshall en moto, oui, sa fidèle amie…
Ses maquettes... grands bonheurs, même en modèles réduits.
Il immortalisait, toutes ces photographies,
Son enfant, ses petits… le « Papounet » chéri…

Dans l’atelier magique, toutes ces mathématiques,
Des équations logiques, pour un père héroïque.
A deux roues on a roulé… ce moment unique
Où nos casques se cognaient… souvenir “comique”.


Un fils, un père, un frère... un jeune grand-père,
Un ami parti... Trop courte vie sur cette Terre...
Ton regard expressif remplissait l’Univers,
Tu nous manques très fort, l’homme extraordinaire…


L'homme extraordinaire...

Ta présence qui inspire…


En ce jour : 18 mai, le début d’une vie…
Le chemin d’une enfant, de Hollande en Wallonie
Six ans sans parler la langue de notre pays,
Qui l’accueille, bras ouvert, plus de neuf décennies…

Quelle belle famille, une grande fratrie…
Deux bébés élevés, d’un courage infini,
Trois enfants partagés, de sa moitié Camille…
De l’amour, de la joie, du travail, c’est sa vie…


Que Pauline aimait rire… s’amuser et danser…
Des sourires à offrir… A tue-tête elle chantait…
Du « Plastic » en musique car pour elle, « ça planait »…
Une mamy bien magique, surprenait, déguisée…

Un amour de jeunesse… Non, jamais oublié,
Son Adolf, une richesse, patiemment retrouvée…
Femme Fatale, une princesse… très souvent courtisée,
De toute sa gentillesse, était prête à aider.


« Ta Maman te manquait... des pensées à chérir...
Nous aurons bien de toi les meilleurs souvenirs…
Des « Merci », des « je t’aime », pour tous nous réunir,
Dans le creux de nos coeurs, ta présence nous inspire… »

Mamy


Mamy « courage »... et pour qui la vie vaut le coup d’être vécue.
Qui ne disait jamais « aujourd’hui c’est foutu »...
Mamy « courage »...

Mamy « bonté »... qui savait toujours recevoir ses invités,
Prévoyait toujours à boire et à manger.
Mamy « bonté »...

Mamy » joyeuse »... un humour qui étonnait positivement.
Une joie de vivre, une foule de sentiments.
Mamy « joyeuse »...

Mamy « jeunesse »... dans sa tête le poids des années était léger.
C’est sans doute ça aussi qui la protégeait.
Mamy « jeunesse »...

Mamy « battante »... malgré tout ce qui aurait fait tomber les autres,
Elle s’est battue sans cesse pour rester des nôtres.
Mamy « battante »...

Mamy « amie »... qui est toujours beaucoup plus que tout pour sa p’tite fille.
Qui restera dans son cœur, toute la vie.
Mamy « amie »...

Les Yeux D'une Maman


Un amour inégalé pour ses fils et filles
Sous la bienveillance de Sainte Camille
Pour ses enfants, petits et grands, une tendresse infinie...
Une chance de te connaître, merveilleuse Mamy
Dix bouches à nourrir... une belle leçon de vie
Tous les jours que Dieu fait, pour eux se sacrifie…
Le courage qu'il fallait pour aider tant de vies
Nous rappelle celui de la vierge Marie.


Plus qu'un frère, un ami, toujours près de Renée
Après toutes ces années, il ne la quittait jamais
La mémoire au large, mais les souvenirs gravés
Malgré la maladie, elle nous reconnaissait
Trois générations qu'elle n'a pas oublié
Le deuil de ses enfants, trois fois, elle l'a porté
A travers les épreuves, sa foi l'a protégé
Un modèle d'amour dont on peut s'inspirer.


Elle chantait, enjouée, souvent en société,
De la vie, de l'humour qu’elle trouvait importants
Comme elle fredonnait, On ne doit pas faire pleurer
Petits ni grands, les yeux d'une maman.

Trop Peu De Printemps


Un garçon plein d’humour, un sourire à plein temps
Au côté d'une grande soeur, d'un regard bienveillant
Qui protège, qui console, un amour rassurant
Son p'tit frère, « pia d'lapin », de trop peu de printemps...

Evoquant entre amis leurs musiques préférées
Jason et ses “potes”, que l’école rassemblait.
Très facile à aimer, toujours prêt à aider
Sa famille, ses amis, dont il fait la fierté.


Séducteur au grand coeur, un Don Juan adoré
Le regard Océan où les filles se noyaient
Dans la foule des copines que parfois il cachait
Le sourire ravageur d'un ado regretté.

Auprès de Valérie, il était heureux
Une complicité qui ferait des envieux
Il dansait volontiers, il adorait les jeux
Et glissait sur sa planche, des étoiles plein les yeux.


« Un envol trop rapide m'éloigne de cet endroit
Quand toute la famille voudrait que je sois là.
Navré d'être parti, mais tu vois Momo, tu vois Papa...
L'amour que j'ai pour vous ne cessera pas... »